Ostéopathie et Entreprise : la lutte contre les TMS

Troubles Musculo-Squelettiques

Nicolas Benito
Ostéopathie et TMS
Ostéopathie et TMS
Ostéopathie et TMS
projection-BP-pour-berlinoises
IMG_8518
Removing Asbestos Roofing
7418345-11451624

Dans un contexte où :

  • 70% des plaintes dans les cabinets d'Ostéopathie sont des douleurs musculo-squelettiques (étude MOST),

  • les troubles musculo-squelettiques sont la première cause d'arrêt maladie en France (INRS),

 

le monde du travail s'ouvre naturellement à l'Ostéopathie, dans une démarche de lutte et de prévention contre cet enjeu de santé publique.

LES TMS EN BREF

     L'acronyme TMS, ou troubles musculo-squelettiques, réfère à un ensemble de symptômes et de lésions inflammatoires ou dégénératives des structures articulaires ou péri-articulaires. Cet ensemble, définit par le système de soins, est décrit dans les tableaux 57, 69 et 79 des maladies professionnelles.

Tableau 57

Affections péri-articulaires provoquées par certains gestes et postures 

Tableau 69

Effet des vibrations main-bras

Tableau 79

Lésions chroniques du ménisque-genou

Les atteintes concernent diverses structures telles que les tendons, les muscles, les ligaments, les gaines synoviales et les articulations. Les nerfs et les vaisseaux sanguins connexes à ces structures peuvent également être touchés. 

La douleur et la perte de mobilité de l'articulation sont les manifestations courantes de ces troubles.

ENTREPRISES : LA RÉALITÉ DU TERRAIN

Ces troubles sont une source de désorganisation majeur, tant pour l'employé qui doit adapter son quotidien privé et professionnel à la douleur, que pour son employeur qui doit en assumer les coûts directs et indirects. 

Baisse de performance, diminution de la productivité, le phénomène n'est pas passé inaperçu. A l'échelle de l'entreprise et quelqu'en soit sa taille, l'impact se traduit par un absentéisme et un turnover conséquent.

Les recherches sur la santé et la sécurité au travail accorde à ces affections la même importance que les accidents graves, étant donné le nombre de salarié concerné et l'incidence sociétale : dans les pays industrialisés ils représentent le problème de santé relié au travail le plus fréquemment rapporté (IRSST). 

La reglementation en la matière permet à chaque entreprise une certaine liberté quant aux stratégies à adopter, le maximum de sécurité pour un salarié, un poste de travail ou une entreprise se définissant au cas par cas. 

L'accent a principalement été mit sur la prévention : éviter les risques limite l'exposition au danger. Classiquement, la prévention prend la forme de journée de formation "Gestes et Posture", de "quarts d'heure sécurité", de "semaine de la prévention" etc. Ces actions permettent de sensibiliser le plus grand nombre et de rendre chaque individu acteur de la prévention.

Sur le terrain, il est question pour les principaux responsables de la prévention de rester au plus près des opérateurs ; cela créer la dynamique d'évaluation des risques et a permi, dans de nombreux cas, l'aménagement de certains poste de travail qui sont devenus plus "ergonomique". 

  

Bien que la santé et la sécurité au travail soit devenue l'affaire de tous - opérateur, CHSCT, médecine du travail, etc. - le nombre de TMS n'a cessé de croitre ces dernières années. 

LES TMS : LE PROBLÈME

Ce qui rend complexe l'analyse du risque TMS est sa nature multifactorielle.

 

     Les aspects biomécaniques d'un mouvement, organisationels des tâches, et psycho-sociaux individuels s'imbriquent : leurs interactions sont potentiellement illimitées. 

  • L'aspect mécanique des troubles résulte d'un cumul de dommages (microtraumatismes répétés) dépassant les capacités adaptatives et cicatricielles des structures concernées. Ces capacités sont propres à l'individu. Une part du cumul des dommages l'est également, étant donné les particularités posturales et gestuelles de chacun.

  • Une fois le stade lésionel franchit, s'installe la douleur et la perte de mobilité. La perte de mobilité d'une articulation est objectivable, tandis que la douleur ne peut qu'être exprimée oralement par un individu. De plus, le ressenti douloureux et sa gestion dépendent entre autres de la constitution biologique et de la vulnérabilité émotionnelle de chacun. 

  • Le stress, qui fait parti des facteurs psycho-sociaux, vient chapeauter l'ensemble. La réponse au stress met en jeu quatre systèmes : nerveux central, nerveux végétatif, endocrine et immunitaire. Ainsi, l'état de stress chronique, souvent rencontré dans le milieu du travail, a pour conséquence une augmentation permanente du tonus musculaire. Outre la fatigue musculaire et tendineuse engendrée à long terme, c'est un excés de contrainte subit par l'articulation, déjà exposée à des microtraumatismes répétés. 

C'est le point de départ d'un engrenage sans fin : des tissus déjà lésés continuent à être sur-sollicités.

L'OSTÉOPATHIE : POURQUOI ? COMMENT ? POUR QUI ?

Par sa compréhension du fonctionnement articulaire, l'expertise biomécanique de l'ostéopathe permet une action à la fois préventive et curative.

L'intervention préventive :

Les conseils apportés aux opérateurs par les ostéopathes sont spécifiques à leur profil.

Ils peuvent par exemple varier en fonction du poste de travail, de l'ancienneté, de l'âge, de l'activité physique ou même des antécédents de la personne concernée. 

Ces conseils portent sur : 

    - Les gestes et posture à adopter sur le poste de travail. La charge manipulée quotidiennement n'étant qu'un facteur de risque parmis tant d'autres, on veille à ce que l'opérateur mobilise ses articulations et l'ensemble de son corps dans des axes cohérants avec le travail à effectuer. 

 

    - La préparation et la récupération à l'effort, afin d'optimiser les capacités musculaires.

    - L'hygiène de vie et la gestion du stress.

    - Apprendre à écouter et comprendre son propre corps. 

Des dernières actions menées en entreprise, il en est également ressorti que la présence d'un thérapeute sur le terrain exclusivement dédié aux bien-être des opérateurs, contribuait à la sensation de bien-être au travail.

L'intervention thérapeutique :

Céline Brun, Ostéopathe D.O.

D.U. Ostéopathie Périnatale, Faculté Paris V Diderot

ADELI: 300003977

SIRET: 81380925800029